L'embarcadère
5 rue Gutenberg, 68800 Vieux-Thann

03 89 35 35 70

Actions

EIT

En 2014, la Maison de l’emploi du Pays Thur Doller répond avec le Syndicat Mixte de Thann Cernay à l’appel à projet MEDDED / Adème : « Territoire Zéro Déchet Zéro Gaspillage ». L’objectif des actions mises en oeuvre est d’élargir la mobilisation des acteurs du monde économique et de réaliser un diagnostic stratégique partagé Déchet et Économie Circulaire. Grâce à cela, les bases d’une démarche d’Écologie Industrielle et Territoriale sont posées.

L’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT) est une démarche opérationnelle qui s’inspire des écosystèmes naturels pour tendre vers une gestion optimale des matières et de l’énergie au sein des entreprises. Pour cela, l’EIT part du principe que les déchets des uns sont la ressource des autres. Dans le cadre d’une économie circulaire, l’EIT s’appuie sur l’étude de la provenance, de la nature et de la destination des flux afin de déterminer des synergies possibles entre les entreprises. L’idée est de créer de nouvelles activités, de réduire l’impact des activités économiques sur l’environnement, et de promouvoir l’attractivité du territoire.

Dans une optique environnementale, l’EIT permet de trier des matières considérées comme des déchets pour certaines entreprises, afin qu’elles puissent être revalorisées en matières premières pour d’autres. Grâce à cela, l’EIT intègre aussi le volet économique, en permettant aux entreprises qui émettent leurs externalités et à celle qui en bénéficient, de réduire leurs dépenses mutuelles, notamment en ce qui concerne la collecte des déchets et les achats de matières premières. Enfin, la démarche de l’EIT est aussi sociale car elle permet de générer de nouvelles activités grâce aux divers échanges de flux, et d’intégrer, en particulier, les personnes issues de l’insertion et de l’ESS. Dans ce cadre, l’EIT est étroitement liée à la Gestion Prévisionnelle Territorialisée des Emplois et des Compétences (GPTEC). Ainsi, cela permet à l’EIT d’être entièrement intégrée dans le développement durable.

GPTEC


La Gestion Prévisionnelle Territorialisée des Emplois et des Compétences (GPTEC) a pour but de trouver les adéquations entre besoins, ressources et compétences, dans une logique de prévision ou d’anticipation, au niveau d’un territoire donné. La gestion des ressources humaines n’est donc pas du domaine exclusif des entreprises. Elle constitue également un enjeu des politiques publiques de l’emploi, notamment dans la gestion des actifs, des compétences et de l’attractivité du territoire. Ainsi, ce projet a pour objectifs l’anticipation et l’accompagnement des mutations, la prise en considération des capacités des entreprises à se développer au regard des choix stratégiques, économiques et sociaux du territoire, ainsi que le décloisonnement et la prévision des politiques de l’emploi et de la formation.
Dans le cadre de la GPTEC, la Plateforme Maison de l’emploi développe divers projets :

 

- PEP’S : La Plateforme pour l’Emploi Pérenne et Solidaire (PEP’S) est un projet qui vise à accompagner l’emploi dans l’hôtellerie, la restauration et le tourisme à l’échelle du Pays Thur Doller, afin d’associer les différents acteurs du territoire pour répondre aux besoins de main d’oeuvre de ce secteur.

- EIT : Les enjeux de la GPTEC, dans le cadre du projet d’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT), consistent à anticiper toutes les mutations liées aux actions ainsi menées et qui impactent durablement les métiers et les compétences sur le territoire. La GPTEC permet notamment d’intégrer le volet social au sein de l’EIT.

- Apprentissage et collectivités : L’objectif de cette action est de réaliser la promotion de l’apprentissage au niveau des collectivités locales du territoire Thur Doller. Il s’agit, par exemple, d’anticiper les évolutions des effectifs et des compétences dans les services.

- Forum Métiers et Compétences : Un forum Métiers et Compétences est organisé sur le territoire Thur Doller. L’objectif du forum est de cibler les secteurs professionnels porteurs ou en tension, notamment sur le territoire, afin de proposer au public une offre de service appropriée et efficiente en termes d’orientation professionnelle.

Clauses sociales

Les Clauses Sociales sont un outil juridique d’insertion professionnelle pour les personnes éloignées de l’emploi, utilisé dans les marchés publics mais aussi privés. Elles interviennent suite à la volonté des donneurs d’ordre, qui souhaitent les intégrer dans un marché. L’objectif d’une clause est d’inciter les entreprises à mieux répondre aux exigences sociales. Cela se fait par le biais des entités publiques, qui engagent leur responsabilité sociétale dans le cadre de l’attribution des marchés publics, en se fixant pour objectif de développer de l’offre d’insertion professionnelle pour les personnes en situation de fragilité au regard de l’emploi. Ceci se traduit par une obligation pour les entreprises répondant à un marché, de réserver un certain nombre d’heures de travail à l’attention du public concerné.

Le public éligible aux clauses sociales et de promotion de l’emploi englobe les demandeurs d’emploi de plus de 12 mois, les demandeurs de plus de 50 ans, les bénéficiaires de minima sociaux comme le R.S.A. ou l’ASS, les travailleurs handicapés et les jeunes de moins de 26 ans sortis du système scolaire depuis 6 mois.

L’intégration de clauses sociales dans les marchés publics permet au maître d’ouvrage de s’engager pour le développement durable, le développement de l’emploi local et de faire travailler les SIAE du territoire. Pour les entreprises du secteur privé, il s’agit d’une démarche RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise) qui valorise les parcours d’insertion ainsi que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

L’intégration des clauses sociales dans un marché se fait grâce à 5 articles de loi, qui datent tous de l’ordonnance du 23 juillet 2015. À partir de là, le rôle du facilitateur des clauses sociales est d’assister et conseiller le calibrage ainsi que la rédaction des clauses sociales, de développer la collaboration entre les entreprises et les structures d’insertion, de contrôler l’éligibilité des personnes et enfin de suivre et d’évaluer la réalisation des engagements des entreprises.